Passage clé

Ayez en vous la pensée qui était en Christ-Jésus, lui dont la condition était celle de Dieu, il n’a pas estimé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes ; après s’être trouvé dans la situation d’un homme, il s’est humilié lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort, la mort sur la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père.

Philippiens 2.5–11

Citations de Chapitre 1

Je suis doux et humble de cœur.

Matthieu 11.29

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est aisé, et mon fardeau léger.

Matthieu 11.28–30

… le seul passage où le Fils de Dieu lève le voile pour nous laisser voir jusqu’au plus profond de son être. En parlant de lui-même, Jésus se déclare, étonnamment, « doux et humble de cœur ».

Lorsque la Bible parle du cœur, que ce soit l’Ancien ou le Nouveau Testament, elle ne parle pas seulement de notre vie émotionnelle, mais aussi du centre d’où découlent toutes nos décisions. En termes bibliques, le cœur ne fait pas partie de notre identité, il en constitue le centre. Notre cœur est ce qui nous définit et nous dirige.

Garde ton cœur plus que toute autre chose,
Car de lui viennent les sources de la vie.

Proverbes 4.23

C’est ce qui fait de chacun de nous l’être humain qu’il est. Le cœur est la force motrice de la vie. C’est qui nous sommes.

Lorsque Jésus nous parle de ce qui lui sert de moteur, de ce qui est la stricte vérité à son sujet, il nous révèle qu’il est doux et humble de cœur.

Débonnaire. Doux. Jésus n’a pas la gâchette facile. Il n’est ni dur, ni réactionnaire, ni irascible. Il est la personne la plus compréhensive de l’univers. Il est dans sa nature profonde non pas d’accuser les gens, mais de leur ouvrir les bras.

« … et humble… »

La signification du mot « humble » chevauche celle du mot « doux », en ce sens qu’elles communiquent ensemble une seule et même réalité au sujet du cœur de Jésus.

L’emploi du mot « humble » signifie ici que Jésus est accessible. Malgré sa gloire resplendissante, sa sainteté éblouissante, son unicité et son altérité suprêmes, jamais personne dans l’Histoire n’a été plus accessible que Jésus Christ. Pour que Jésus nous serre dans ses bras, nous devons à tout le moins nous ouvrir à lui.

Matthieu 11.28 nous dit explicitement qui se qualifie pour communier avec Jésus : « Vous tous qui êtes fatigués et chargés. » Vous n’avez pas à vous décharger ou à vous ressaisir pour ensuite venir à Jésus. Votre fardeau même vous y qualifie. Aucun paiement n’est requis, puisqu’il dit : « [Je] vous donnerai du repos. » Jésus-Christ désire, peut-être même plus encore que vous, que vous trouviez du repos, que vous sortiez de la tempête.

« Doux et humble. » Voilà le cœur même de Christ. C’est qui il est. Tendre. Ouvert. Accueillant. Conciliant. Compréhensif. Bien disposé. Si l’on nous demandait de ne décrire qu’un seul trait de Jésus, nous serions fidèles à ses enseignements en le disant doux et humble.

Il ne se présente cependant pas ainsi à tous. C’est ce qu’il est pour ceux qui viennent à lui, qui prennent son joug sur eux, qui lui crient à l’aide. L’expression « doux et humble » ne signifie pas « mou et servile ».

Le péché, la faiblesse, l’insécurité, le doute, l’anxiété et l’échec du pénitent ne l’emportent jamais sur le cœur doux de Christ. Jésus n’agit pas simplement à l’occasion avec douceur et humilité. Il est la douceur incarnée. Il a le cœur d’un Dieu doux.

La vie chrétienne exige inéluctablement du labeur.

Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine ; loin de là, j’ai travaillé plus qu’eux tous ; non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi.

1 Corinthiens 15.10

Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, avec crainte et tremblement, mettez votre salut en action, non seulement comme si j’était présent, mais bien plus encore maintenant que je suis absent. Car c’est Dieu qui opère en vous le vouloir et le faire selon son dessein bienveillant.

Philippiens 2.12,13

C’est à cela que je travaille, en combattant avec sa force qui agit puissamment en moi.

Colossiens 1.29

Dans Matthieu 11, Jésus promet « le repos de l’âme » et non « le repos du corps ». Jésus ne dit pas que la vie est exempte de toute souffrance et de toute épreuve. Jésus dit que le joug est un joug de bonté. Son joug est doux et son fardeau est léger. Autrement dit, son joug n’en est pas un, non plus que son fardeau. Jésus ne se contente pas de répondre à nos besoins, il s’y associe également. Il ne se lasse jamais de nous prendre dans ses tendres bras. Son cœur est ainsi fait.

Nous sommes enclins à croire qu’en raison de son infinie sainteté, il est de disposition sévère et austère envers les pécheurs, les lui rendant insupportables. « Non ! dit-il, je suis bon ; d’une nature et d’un tempérament doux. »

Thomas Goodwin1

Jésus brille d’un tel éclat qu’il est impossible d’exprimer avec justesse sa splendeur en mots, sa magnificence ineffable est telle que toute langue se tait devant elle (Ph 2.9–11 ; Ap 1.14–16).

C’est lui dont le cœur est, plus que tout, doux et humble.

Ce Christ élevé et saint ne montre aucune hésitation à tendre la main et toucher ceux que le péché a souillé et que la souffrance a paralysés.

Notre intuition ne peut que nous fournir un Dieu à notre image. Or, les Écritures déconstruisent nos prédilections intuitives et nous surprennent par les perfections infinies de Dieu, qui n’ont d’égale que sa douceur infinie. En effet, ses perfections incluent sa parfaite douceur.

Le voilà tel qu’il est. Son cœur est ainsi fait.

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est aisé, et mon fardeau léger.

Matthieu 11.28–30

Questions

  1. Qu’est-ce que le cœur en termes bibliques ?
  2. Que signifie le mot « humble » en parlant de Jésus ?
  3. Pourquoi est-il important de connaître le cœur de Christ ?
  4. Si un non-croyant vous pose des questions sur Jésus, comment décririez-vous son caractère doux et humble ?
  5. Quel est votre instinct naturel sur l’identité de Christ ? Quel impact cela a-t-il sur votre relation avec lui ?
  6. Quels sont les fardeaux qui pèsent sur votre vie en ce moment ? Après avoir lu, quel espoir pouvez-vous avoir en Christ ?

  1. Thomas Goodwin, The Heart of Christ, Édimbourg, Banner of Truth, 2011, p.63.

Cet article est adapté de : Doux et humble de cœur de Dane Ortlund et Gentle and Lowly Study Guide de Robert Zink.