Passage clé

Puisque nous avons un grand souverain sacrificateur qui a traversé les cieux, Jésus le Fils de Dieu, tenons fermement la confession (de notre foi). Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur incapable de compatir à nos faiblesses ; mais il a été tenté comme nous à tous égards, sans (commettre de) péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, en vue d’un secours opportun.

En effet, tout souverain sacrificateur, pris parmi les hommes, est établi pour les hommes dans (le service) de Dieu, afin de présenter des offrandes et des sacrifices pour les péchés. Il peut avoir de la compréhension pour les ignorants et les égarés, puisque lui-même est sujet à la faiblesse. Et c’est à cause de cette faiblesse qu’il doit offrir, pour lui-même aussi bien pour que le peuple, (des sacrifices) pour les péchés.
Nul ne s’attribue cet honneur ; mais on y est appelé par Dieu, comme le fut Aaron lui-même. De même, ce n’est pas le Christ qui s’est donné lui-même la gloire de devenir souverain sacrificateur, mais c’est Celui qui lui a dit : Tu es mon fils, c’est moi qui t’ai engendré aujourd’hui ; de même il dit encore ailleurs : Tu es sacrificateur pour l’éternité, selon l’ordre de Melchisédek.
C’est lui qui, dans les jours de sa chair, offrit à grands cris et avec larmes, des prières et des supplications à Celui qui pouvait le sauver de la mort. Ayant été exaucé à cause de sa piété, il a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par ce qu’il a souffert. Après avoir été élevé à la perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel. Dieu l’ayant proclamé souverain sacrificateur selon l’ordre de Melchisédek.

Hébreux 4.14–5.10

Citations du Chapitre 5

Il peut avoir de la compréhension pour les ignorants et les égarés.

Hébreux 5.2

Aujourd’hui, nous avons tout autant besoin d’un sacrificateur que les Israélites de l’Antiquité. Nous avons besoin d’un représentant auprès de Dieu.

Le cœur de Christ l’amène à se montrer solidaire avec son peuple souffrant et en détresse. La manière dont il traite son peuple, vers qui son cœur le porte, est doucement.

L’idée dans Hébreux 5.2 est que Jésus n’aborde pas les pécheurs avec exaspération. Il se montre calme, tendre, apaisant, discret. Il se montre compréhensif envers nous.

Dans l’Ancien Testament il existe fondamentalement deux genres de péchés : inconscients et intentionnels, ou accidentels et délibérés (Nombres 15). C’est très certainement ici le sens que l’auteur de l’épître aux Hébreux avait à l’esprit en parlant des « ignorants » par rapport aux péchés accidentels et aux « égarés » par rapport aux péchés délibérés.

Quand Hébreux 5.2 affirme que Jésus « peut avoir de la compréhension pour les ignorants et les égarés », cela signifie qu’il agit de la sorte envers tous les pécheurs qui viennent à lui, indépendamment de leur offense particulière et du degré d’ignominie de cette dernière. Ce qui suscite la tendresse de Jésus, ce n’est pas la gravité du péché commis, mais le fait que le pécheur vient à lui.

Si nous ne venons jamais à lui, nous subirons un jugement si terrible qu’il nous fera l’effet d’une épée à deux tranchants sortant de sa bouche pour nous frapper (Ap 1.16 ; 2.12 ; 19.15,21).

De sa bouche sort une épée tranchante pour frapper les nations. Il les fera paraître avec un sceptre de fer, et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu Tout-Puissant. Il a sur son manteau et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs… Et les autres furent tués par l’épée qui sortait de la bouche de celui qui montait le cheval, et tous les oiseaux se rassasièrent de leur chair.

Apocalypse 19.15,16,21

Si nous venons à lui, sa tendresse comme celle d’un agneau envers nous (Ap 5.5,6 ; És 40.10,11) sera aussi touchante que son jugement aurait été terrible dans le cas contraire.

Voici mon Seigneur, l’Éternel,
Il vient avec puissance,
Et son bras lui assure la domination ;
Voici qu’il a son salaire
Et que ses rétributions le précèdent.
Comme un berger, il fera paraître son troupeau,
De son bras il rassemblera des agneaux
Et les portera dans son sein ;
Il conduira les brebis qui allaitent.

Ésaïe 40.10,11

Dieu nous enveloppera dans l’un ou l’autre. Jésus ne se montrera neutre envers personne.

Lorsque nous péchons, la Bible nous encourage à soumettre notre gâchis à Jésus, car il sait exactement comment nous recevoir. Il connaît notre état de pécheur beaucoup plus en profondeur que nous. Son attitude tempérée découle simplement de son cœur empreint de tendresse pour son peuple. L’épître aux Hébreux ne se contente pas d’expliquer que c’est parce qu’il nous aime que Jésus s’abstient de nous réprimander. Elle nous révèle le genre d’amour qu’il nous porte : au lieu de nous dispenser sa grâce depuis là-haut, il vient parmi nous, il nous entoure de ses bras, il nous traite exactement comme nous en avons besoin. Il a de la compréhension pour nous.

Le cœur de Jésus le pousse vers nous. Rien ne peut enchaîner ses affections au ciel ; son cœur est trop gonflé d’un précieux amour pour qu’il le permette.

Lorsque Jésus « a de la compréhension » pour nous, il agit selon sa nature même.

Notre impiété est d’une telle profondeur qu’une compréhension superficielle de la part de Jésus ne pourrait suffire ; mais sa compréhension est toujours plus grande que notre impiété.

Le péché est inexistant en Jésus. Cependant, il a connu la gamme entière des expériences humaines dans notre monde déchu : la souffrance, la tentation et les limitations humaines. Les divers principaux sacrificateurs mentionnés dans l’histoire d’Israël étaient faibles en raison de leurs péchés ; Jésus, le Souverain Sacrificateur, a connu la faiblesse, mais sans pécher.

Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, lui aussi, d’une manière semblable y a participé, afin d’écraser par sa mort celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable, et de délivrer tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans l’esclavage. Car ce n’est pas à des anges, assurément, qu’il vient en aide mais c’est à la descendance d’Abraham qu’il vient en aide. Aussi devait-il devenir, en tout, semblable à ses frères, afin d’être un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l’expiation des péchés du peuple. Car du fait qu’il a souffert lui-même quand il fut tenté, il peut secourir ceux qui sont tentés.

Hébreux 2.14–18

Aussi longtemps que vous fixerez votre attention sur vos péchés, vous ne pourrez voir à quel point vous êtes en sécurité. Toutefois, aussi longtemps que vous vous tournerez vers ce Souverain Sacrificateur, vous serez à l’abri du danger. Celui qui se livre à l’introspection ne peut s’attendre qu’à recevoir du ciel une réponse sévère. Celui qui se tourne vers Christ ne peut s’attendre qu’à recevoir de la compréhension.


Questions

  1. Comment Hébreux 5.2 découle-t-il de ce que l’on apprend dans Hébreux 4.15 (chapitre 4) ?
  2. Avons-nous encore besoin d’un prêtre aujourd’hui comme les Israélites ? Pourquoi ?
  3. Considérez le mot « doucement » dans Hébreux 5:2, en parlant des prêtres et de Jésus en tant que prêtre parfait. Ce mot vous surprend-il d’une manière ou d’une autre ? Quelle est une difficulté dans votre vie en ce moment que ce mot apaise et guérit ?
  4. Comment le Christ traite-t-il son peuple ?
  5. Qu’est-ce que cela signifie ?
  6. Qui est ignorant et égaré ? Agissez-vous parfois de la sorte ?
  7. Qu’est-ce qui suscite la tendresse de Jésus ?
  8. Jésus est-il neutre envers qui que ce soit ? Expliquez.
  9. Réfléchissez à votre propre caractère. Qu’est-ce que cela révèle ? Etes-vous convaincu que le Christ fera preuve de douceur à votre égard ?
  10. Quelle est la différence entre fixer votre attention sur votre péché et fixer votre attention sur le Christ ? (Page 57)

Cet article est adapté de : Doux et humble de cœur de Dane Ortlund et Gentle and Lowly Study Guide de Robert Zink.