Passage clé

Mes petits enfants, je vous écris ceci, afin que vous ne péchiez pas. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

À ceci nous reconnaissons que nous l’avons connu : si nous gardons ses commandements. Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est pas en lui. Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est vraiment parfait en lui. À ceci nous reconnaissons que nous sommes en lui : celui qui déclare demeurer en lui, doit marcher aussi comme lui (le Seigneur) a marché.

1 Jean 2.1–6

Citations du Chapitre 9

Nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste.

1 Jean 2.1

L’intercession comporte l’idée d’une médiation entre deux parties, les rassemblent. La défense est similaire, mais elle comporte l’idée de se ranger du côté d’une personne. L’intercesseur se tient entre deux parties ; l’avocat va plus loin : il passe du côté de l’une d’elles et l’accompagne dans ses pourparlers avec l’autre. Jésus est non seulement un intercesseur, mais aussi un avocat. Le rôle de Christ en tant que défenseur émane tout droit des profondeurs de son cœur.

C’est pour cela aussi qu’il peut sauver parfaitement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. C’est bien un tel souverain sacrificateur qui nous convenait : saint, innocent, immaculé, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux.

Hébreux 7.25,26

Il est lui-même victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

1 Jean 2.2

Jésus participe à notre vécu. Il ressent ce que nous ressentons. Il s’approche de nous. Et il parle avec amour en notre faveur. Tous ceux qui sont en Christ ont, à l’instant même, quelqu’un qui parle en leur faveur.

Il est « juste ». Lui, et lui seul. Nous serions sans recours si nous venions au Père sans avocat. M’allier à un avocat — venu me chercher plutôt que d’attendre que je vienne à lui, qui est juste en toutes choses — voilà ce qui procure le calme et la confiance devant le Père.

Christ intercède constamment pour nous tandis qu’il nous défend lorsque la situation l’exige. Il intercède en notre faveur compte tenu de notre impiété globale, mais il prend notre défense lorsque nous commettons des péchés précis.

Christ le Sacrificateur nous précède et Christ l’Avocat nous suit.
Christ le Sacrificateur intercède continuellement, mais Christ l’Avocat plaide en cas des transgressions graves.
Christ le Sacrificateur doit agir sans cesse, mais Christ l’Avocat n’agit qu’occasionnellement.
Christ le Sacrificateur agit en temps de paix ; mais Christ l’Avocat agit en temps de tumulte et de grande discorde. Par conséquent, Christ l’Avocat est, pour ainsi dire, un réserviste, et son heure vient de se lever pour plaider la cause des siens quand ils se sont récemment enlisés dans un péché dont ils se sont souillés.2

John Bunyan

La défense de Christ en notre faveur transcende nos péchés. Sa défense parle plus fort que nos manquements.

Lorsque vous péchez, rappelez-vous votre statut juridique devant Dieu en raison de l’œuvre de Christ ; mais rappelez-vous aussi l’Avocat que vous avez devant Dieu en raison du cœur bienveillant de Christ. Il se porte à la défense de votre cause, sur le bien-fondé de ses souffrances et de sa mort.

Jésus est notre défenseur qui nous console, celui qui est plus près de nous que nous le pensons; et son cœur le pousse à prendre notre défense lorsque nous péchons, et non après que nous ayons triomphé de notre péché.

Lorsque nous choisissons de pécher, nous renonçons à notre véritable identité d’enfant de Dieu. Nous sommes appelés à approfondir notre sainteté personnelle au fil de notre marche avec le Seigneur. Lorsque nous choisissons de pécher notre Sauveur ne nous abandonne pas pour autant, même si nous renonçons à notre véritable identité. C’est alors même qu’il s’élance à notre défense au ciel pour faire taire irrévocablement toutes les accusations portées contre nous, pour émerveiller les anges, pour célébrer l’accueil que le Père nous réserve malgré toutes nos fautes.

Christ nous a rachetés au prix de son sang, mais ce n’est pas tout ; Christ le Chef a vaincu la mort et le tombeau pour nous, mais ce n’est pas tout ; Christ le Sacrificateur intercède pour nous au ciel, mais ce n’est pas tout. Le péché demeure en nous, et avec nous, et souille tout ce que nous faisons, que notre action soit religieuse ou civile ; car non seulement nos prières et nos sermons, notre écoute et nos prédications, mais aussi nos maisons, nos boutiques, nos commerces et nos lits sont tous souillés par le péché.
Et le diable, notre adversaire le jour et la nuit, n’a de cesse de rapporter nos mauvaises actions à notre Père, en insistant pour qu’en conséquence ce dernier nous déshérite à tout jamais.
Mais que pourrions-nous faire maintenant, si nous n’avions pas d’Avocat ; en effet, si nous n’avions personne pour défendre notre cause ; en effet, si nous n’avions personne pour triompher du mal et exécuter fidèlement ces fonctions pour nous ? Rien d’autre que de mourir.
Mais puisqu’il nous a secourus, imposons-nous le silence.2

John Bunyan

Ne minimisez pas votre péché et ne l’excusez pas. Ne présentez aucune défense. Soumettez simplement votre cause à celui qui est déjà assis à la droite du Père et qui vous défend en vertu même de ses propres blessures. Laissez votre impiété, dans vos ténèbres et votre désespoir, vous conduire à Jésus-Christ, le Juste, dans toute sa lumière et sa toute-suffisance.


  1. John Bunyan, « The Work of Jesus Christ as an Advocate », dans The Works of John Bunyan, G. Offor, éd., 3 vol., réimpr., Édimbourg, Banner of Truth, 1991, vol. 1, p. 169.
  2. Bunyan, Works of John Bunyan, vol. 1, p. 197.

Questions

  1. Quelle est la différence entre un intercesseur et un avocat ? Comment la notion de plaidoyer développe-t-elle celle d’intercession ?
  2. D’où vient le plaidoyer (le rôle d’Avocat) de Jésus ?
  3. Pourquoi le rôle d’intercesseur du Christ est-il important ?
  4. Pourquoi le rôle du Christ en tant qu’avocat est-il important ?
  5. Quelles sont certaines vérités sur Jésus l’avocat, comme enseigné dans 1 Jean 2.1 ?
  6. Quelle est la signification du mot « propitiation » ?
  7. Comment pouvons-nous venir au Père ?
  8. Quelle est la légère différence entre ce qui nous est dit dans Hébreux 7.25 et 1 Jean 2.1 ?
  9. Expliquez dans vos propres mots la comparaison entre le Christ en tant que Prêtre et le Christ en tant qu’Avocat dans la citation de Bunyan.
  10. Que faisons-nous lorsque nous choisissons de pécher ?
  11. Sur la base de quels mérites le Christ se lève-t-il pour défendre votre cause ?
  12. Que sommes-nous appelés à faire ?
  13. Voyez-vous en vous l’impulsion profonde de défendre votre propre cause ? Comment la vérité de 1 Jean 2.1 guérit-elle et calme-t-elle cette impulsion ?
  14. Dressez la liste des différents titres donnés au Christ dans ce chapitre.
  15. Pourquoi avez-vous besoin d’un défenseur ? Quel est l’impact de la défense du Christ sur votre vie ?
  16. Y a-t-il une manière de vous défendre dans votre cœur en ce moment, que Dieu vous appelle à abandonner et à vous reposer complètement sur le plaidoyer de Jésus-Christ en votre faveur ?

Cet article est adapté de : Doux et humble de cœur de Dane Ortlund et Gentle and Lowly Study Guide de Robert Zink.