Citations du chapitre 2

Si Dieu est souverain sur les actions et les intentions des hommes, pourquoi prier ? La prière peut-elle vraiment changer quoi que ce soit ?

Le Dieu souverain ordonne dans sa Parole que nous priions. La prière n’est pas facultative pour le chrétien ; elle est essentielle.

Que la prière ait ou non un impact, si Dieu nous ordonne de prier, alors nous devons prier. Le fait que le Seigneur Dieu de l’univers, le créateur et le soutien de toutes choses nous ordonne de le faire est une raison suffisante.

Vous convoitez et vous ne possédez pas ; vous êtes meurtriers et envieux, sans (rien) pouvoir obtenir ; vous avez des querelles et des luttes, et vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas.

Jacques 4.2

Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris.

Jacques 5.16

Voici l’assurance que nous avons auprès de lui : si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quoi que ce soit que nous demandions, nous savons que nous possédons ce que nous lui avons demandé.

1 Jean 5.14,15

Prier en tout temps par l’Esprit, avec toutes sortes de prières et de supplications. Veillez-y avec une entière persévérance. Priez pour tous les saints.

Éphésiens 6.18

Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, [bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent], et priez pour ceux [qui vous maltraitent et] qui vous persécutent.

Matthieu 5.44

Veillez et priez afin de ne pas entrer en tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible.

Matthieu 26.41

Le sacrifice des méchants est en horreur à l’Éternel,
Mais la prière des hommes droits à sa faveur.

Proverbes 15.8

Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans la tribulation. Persévérez dans la prière.

Romains 12.12

L’Éternel est près de tous ceux qui l’invoquent,
De tous ceux qui l’invoquent avec vérité.

Psaume 145.18

L’Éternel est éloigné des méchants,
Mais il écoute la prière des justes.

Proverbes 15.29

Maintes et maintes fois dans la Bible, il est affirmé que la prière est un outil efficace.

Quelqu’un pourrait demander si Dieu n’est pas assez informé sans qu’on l’avertisse de ce qui nous pèse et de ce que nous jugerions utile. Il serait donc superflu de solliciter Dieu par des prières, comme nous avons l’habitude de solliciter ceux qui ne pensent pas à notre affaire et qui s’endorment dessus.

Les personnes qui s’expriment ainsi ne discernent pas à quelle fin notre Seigneur a appris aux siens à prier. Il ne l’a pas ordonné à cause de lui, mais à cause de nous. Il veut bien que ce qui lui revient légitimement lui soit rendu. Il est également juste que les hommes reconnaissent que tout ce qui leur est profitable et qu’ils peuvent désirer vient de Dieu, et qu’ils en témoignent en priant. Mais ce service qui honore Dieu n’a d’efficacité que pour nous. Voilà pourquoi les saints pères ont été d’autant plus vivement incités à prier Dieu […]

[Il] nous est nécessaire de l’implorer assidûment :

— Premièrement, afin que notre cœur soit enflammé d’un immense et ardent désir de toujours le chercher, l’aimer et l’honorer, nous devons nous habituer à trouver en lui notre refuge, en toutes circonstances, comme au port unique de salut.

— Ensuite, afin que notre cœur ne soit troublé par un désir dont nous n’osons pas le faire aussitôt le témoin, comme nous le faisons en lui manifestant ouvertement toute notre affection et, si l’on peut dire, en lui ouvrant tout notre cœur.

— Bien plus, afin d’être préparés à recevoir ses bienfaits avec une vraie reconnaissance et avec action de grâces, car par la prière nous savons qu’ils nous viennent de sa main.

Jean Calvin 1

La prière, comme tout le reste dans la vie chrétienne, est pour la gloire de Dieu et pour notre bien, dans cet ordre. Tout ce que Dieu fait, tout ce que Dieu permet et ordonne, est au sens suprême pour sa gloire.

Une conversation avec Dieu

La prière est une conversation personnelle avec Dieu lui-même. Il est vrai qu’il sait ce qui remplit mon esprit, mais j’ai tout de même le privilège de lui exprimer ce qui s’y trouve.

Il y a comme une erreur dans la question : « Pourquoi prier si Dieu sait déjà tout ? » Cette question suppose que la prière est unidimensionnelle et simplement définie comme une supplication ou une intercession.

S’il sait ce que je vais dire avant que je le dise, sa connaissance, au lieu de limiter ma prière, met plutôt en valeur la beauté de ma louange.

Nous avons ce privilège incomparable de pouvoir partager nos pensées les plus intimes avec Dieu.

Nous sommes des créatures qui communiquent principalement par la parole. La prière parlée est clairement une forme de discours, un moyen pour nous de communier et de communiquer avec Dieu. La souveraineté de Dieu devrait, dans une certaine mesure, influencer notre attitude envers la prière. Notre compréhension de la souveraineté de Dieu devrait nous inciter à une profonde vie de prières de reconnaissance. Plus nous comprendrons la souveraineté de Dieu, plus nos prières seront remplies de reconnaissance.

Nous devons prier parce que nous sommes coupables, en implorant le pardon de celui qui est saint et que nous avons offensé.

La prière change-t-elle quelque chose ?

Est-ce que la prière change l’avis de Dieu ? Non ! Est-ce que la prière peut changer les choses ? Bien sûr !

Si vous vous mettiez à prier individuellement, si nous joignions nos forces dans la prière, ou même si tous les chrétiens du monde priaient collectivement, cela ne changerait pas ce que Dieu, dans son conseil caché, a décidé de faire.

La Bible ne sous-entend pas que Dieu s’est repenti de la même manière que nous devons nous repentir ; sinon, nous pourrions à juste titre supposer que Dieu avait péché et qu’il aurait lui aussi eu besoin d’un sauveur. Ce que la Bible veut dire en réalité, c’est que Dieu a retiré la menace du jugement qui planait sur ce peuple. Dieu a été apaisé et satisfait de voir que les Ninivites s’étaient repentis de leurs péchés, c’est pourquoi il a révoqué la sentence du jugement qu’il avait prononcée.

C’est exactement ce qui se passe quand nous sommes sauvés. Avant que nous soyons sauvés, nous étions sur un chemin qui nous dirigeait vers le jugement éternel, vers l’enfer. C’est ce que Dieu a décrété. « Celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » (Jean 3.18) Mais, quand nous croit en Jésus, Dieu nous sauve « afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3.16).

Dieu ne change pas d’avis, car Dieu ne change pas. Les choses changent, et elles changent selon sa volonté souveraine, qu’il exerce par des moyens et des activités secondaires. La prière de son peuple est l’un des moyens qu’il utilise pour que ce qu’il a décidé se produise dans ce monde.

Nous ne devons pas confondre liberté humaine et autonomie humaine. Il y aura toujours un conflit entre la souveraineté divine et l’autonomie humaine. En revanche, il n’y a jamais de conflit entre la souveraineté divine et la liberté humaine. La Bible déclare que l’homme est libre, mais il ne peut pas agir de façon autonome.

Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut lui-même porter du fruit, s’il ne demeure sur le cep, de même vous non plus, si vous ne demeurez en moi. Moi, je suis le cep ; vous, les sarments. Celui qui demeure en moi, comme moi en lui, porte beaucoup de fruit, car sans moi, vous ne pouvez rien faire.

Jean 15.4,5

Car c’est Dieu qui opère en vous le vouloir et le faire selon son dessein bienveillant.

Philippiens 2.13

La liberté existe dans un cadre délimité, et dans ces limites, nos prières peuvent changer les choses. Les Écritures nous disent qu’Élie, par le prière, a empêché la pluie de tomber. Sa compréhension de la souveraineté divine ne l’a pas dissaudé de prier.

Les prières du Fils de Dieu

Aucun être humain n’a jamais eu une compréhension plus profonde de la souveraineté divine que Jésus. Aucun homme n’a jamais prié avec plus d’intensité ou d’efficacité que lui. La raison même pour laquelle nous prions est la souveraineté de Dieu, parce que nous croyons que Dieu a le pouvoir d’ordonner les choses selon son dessein. C’est cela la souveraineté — ordonner les choses selon le dessein divin.

Ce que la prière change le plus souvent, c’est la méchanceté et la dureté de nos propres cœurs.

En ce qui concerne Dieu, la prière n’est qu’un constat logique de notre dépendance envers lui pour sa gloire. Tout comme il a fait toutes choses pour sa propre gloire, il sera glorifié et reconnu par ses créatures ; et il est approprié qu’il exige cela de la part des sujets de sa miséricorde […] [C’est] une reconnaissance appropriée de notre dépendance de la puissance et de la miséricorde de Dieu pour ce dont nous avons besoin, mais aussi un honneur convenable rendu au grand auteur et à la grande source de tous bienfaits.

En ce qui nous concerne, Dieu exige de nous la prière […] La prière fervente a tendance, en de nombreuses façons, à préparer nos cœurs. Par la prière, le sentiment de notre besoin est stimulé… et l’esprit est plus disposé à le remercier [pour sa miséricorde] […] Notre prière envers Dieu peut susciter en nous un sentiment approprié, la prise de conscience de notre dépendance de lui pour la miséricorde que nous demandons, et un exercice convenable de la foi en la suffisance de Dieu, afin que nous soyons prêts à glorifier son nom lorsque la miséricorde nous est accordée.

Jonathan Edwards 2

Tout ce que Dieu fait, il le fait d’abord pour sa gloire et ensuite pour notre bénéfice. Nous prions parce que Dieu nous ordonne de le faire, parce que nos prières le glorifient et parce que nous en tirons également un bénéfice.


  1. Jean Calvin, Institution de la religion chrétienne, Kerygma/Excelsis, 2015, p.786–787).
  2. Jonathan Edwards, The Works of Jonathan Edwards, trad. libre, Carlisle, Penns., Banner of Truth Trust, 1974, vol. 2, p. 116).

Questions

  1. Si Dieu est souverain sur les actions et les intentions des hommes, pourquoi prier ?
  2. Selon Jean Calvin, pourquoi le Seigneur nous a ordonné de prier ? Est-ce à cause de lui ou à cause de nous ?
  3. Qu’est-ce qui est plus important : la gloire de Dieu ou notre bien ?
  4. Quelle est l’erreur dans la question : « Pourquoi prier si Dieu sait déjà tout ? » ?
  5. Expliquer comment la souveraineté est une raison que nous prions.
  6. Quel impact a notre compréhension de la souveraineté de Dieu sur nos prières selon R.C. Sproul ?
  7. Est-ce que la prière change l’avis de Dieu ?
  8. Si Dieu ne change pas d’avis, pourquoi la Bible dit parfois que Dieu s’est repenti ?
  9. Est-ce que la liberté humaine et l’autonomie humaine sont synonymes ? Pourquoi ?
  10. Est-ce que la prière peut changer les choses ?
  11. Qu’est-ce que la prière change le plus souvent ?

Cet article est adapté du livre La prière peut-elle changer les choses ? de R.C. Sproul

Advertisement